Dragon mécanique

by Kevin McIntyre

/
  • Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

     $9 CAD  or more

     

1.
2.
3.
4.
03:27
5.
6.
04:09
7.
8.
04:01
9.
10.

credits

released January 15, 2012

tags

license

all rights reserved

feeds

feeds for this album, this artist

about

Kevin McIntyre Moncton, New Brunswick

contact / help

Contact Kevin McIntyre

Streaming and
Download help

Track Name: Cerveau de bois
Tu mènes une tempête sans trop savoir pourquoi
Tu lances des idées faites de n’importe quoi
Comme un oiseau dans le noir en échappant sa proie
L’aurait eu peut-être mais pas pour cette fois
L’aurait eu peut-être mais pas pour cette fois

Tu mènes une tempête, un tourbillon géant
On s’éloigne par crainte d’être pris par les vents
J’oubliais la scène en me retournant
Tu voudrais que l’on t’aime en portant des gants blancs
Tu voudrais que l’on t’aime en portant des gants blancs

La la la la je ne t’entends pas, je ne t’entends pas
Dans mon cerveau de bois
Je ne t’entends pas dans mon cerveau de bois

Tu mènes une tempête, une ouvrière du temps
En sachant que tu guettes le danger droit devant
Qui aurait cru l’en-tête, sans savoir autrement?
Devenue sans gêne reine d’ouragans
Devenue sans gêne reine d’ouragans
Track Name: Triste et Heureux
Tu dors, tu dors dans mon lit
Dehors, c’est l’hiver
Et il n’est pas fini
Comme ton rêve, j’espère

Le café fume et je le respire
Et je me laisse ne pas m’en faire
Un train fait vibrer la cuillère
Je pense à l’infini

On peut aimer et le rouge et le blanc
Préférer l’hiver au printemps
Vouloir qu’il pleuve de temps en temps
Mais ça va

Un et un ne font pas toujours deux
Le vert moins le jaune, pas toujours bleu
Tous les secrets ne sont pas des aveux
Mais ça va

Triste et heureux

Je sors sans faire de bruit
Comme un fantôme solitaire
Ma main glisse le long des murs
Mes pieds ne touchent pas par terre

La lune pleine me rend plus vide
Et elle le fait sans savoir faire
Peut-être qu’un jour plus lucide
J’essayerai bien de la faire taire

On peut aimer et le rouge et le blanc
Préférer l’hiver au printemps
Vouloir qu’il pleuve de temps en temps
Mais ça va

Un et un ne font pas toujours deux
Le vert moins le jaune, pas toujours bleu
Tous les secrets ne sont pas des aveux
Mais ça va
Track Name: Les marchés du coeur
Le matin où les refrains seront sans pareils
De notes qui partent du sol et montent au ciel
Même si les marchés du coeur seront tous fermés
Je saurai, je saurai t’y retrouver

Ce matin les nuages ayant pleuré leurs peines
Ont laissé les ombres séchées rétrécir
On croira que les sons sont moins assourdis
On laissera entrer l’idée de magie

Nage jusqu’au bord du ciel
Un oeil ouvert, la lune de miel
Nage jusqu’au lendemain
Un même repère, un même refrain

Raises blanches laissées par un avion dans l’air
Je pars pour retrouver mon âme revolver
Texte message laissé sur mon cellulaire
Je reponds en écrivant c’est clair, c’est clair, c’est clair…

Nage jusqu’au bord du ciel
Un oeil ouvert, une lune de miel
Nage jusqu’au lendemain
Un même repère, un même refrain
Track Name: Courtepointe
De fil en aiguille, une vie sans dé, point de fée
Au fil des ans, on y a rajouté cercles et carrés
Altérations imprévisibles
Jeux de vieux lambeaux différents
Au fil de l’eau, pris par le courant
Au fil du temps accélérant

Courtepointe, courtepointe
L’aiguille et le chas ne s’entendent pas
L’aiguille et le chas des fois… non!
Courtepointe, courtepointe
J’me pique le doigt en ne tissant qu’un rêve de moi
J’me pique le doigt en ne tissant qu’un rêve

Quand je ne pourrai plus
Recoudre les déchirures
Rapiécer les idées
Contrôler le doigté
Retourne-moi, retourne-moi
Pour exposer le côté maladroit

Courtepointe, courtepointe
L’aiguille et le chas ne s’entendent pas
L’aiguille et le chas des fois… non!
Courtepointe, courtepointe
J’me pique le doigt en ne tissant qu’un rêve de moi
J’me pique le doigt en ne tissant qu’un rêve
Track Name: Montagnes Russes
J’aurais voulu te suivre
Mais tu bougeais trop vite pour moi
Tout bougeait trop vite pour moi
Sans savoir trop quoi dire
J’ai fini par dire pas mal n’importe quoi

Loin d’être linéaire
Tu es tombée comme un éclair
Qui fond les cœurs de fer
En un plein océan

Il faut qu’on s’agrippe à rien
Dragon mécanique, dragon mécanique
Laisser aller les mains
Dragon mécanique, dragon mécanique
Sur les montagnes russes

Pris au dépourvu
Avoir sans y avoir cru
Et vouloir trouver le bon temps
Pour dire je t’aime

Enligner les mots croisés
Trouver les mots mystère
Savoir savourer les moments
Sans dictionnaire

Sûre de toi tu montes sur le toit du monde
Sûre de toi tu attelles ce manège monstre
Track Name: Hara kiri
Ne mets pas ta main sur ma jambe
Au milieu de la discussion
Et ne m’invite pas à ta chambre
Tu comprends les répercussions?

Ce sourire en coin, est-il pour moi?

Le serpent au creux de ton dos
Me dévisage en souriant
Vais-je succomber à nouveau
Ou retourner bien gentiment?

Ce sourire en coin, est-il pour moi?

Finies les cérémonies
Pas besoin de décorum
Quand tout sera fini
Serai-je encore un homme?

Je me ferai Hara Kiri
D’un seul geste obscène
Je punirai les crimes commis
D’un seul geste obscène

Avant que tu me remplaces
J’aurai déjà pris la fuite
Avec un sourire dans la face
Comme un hypocrite

Ce sourire en coin est-il pour moi?

Finies les cérémonies
Pas besoin de décorum
Je reprends mes esprits
Quand je vois ce que nous sommes

Je me ferai Hara Kiri
D’un seul geste obscène
Je punirai les crimes commis
D’un seul geste obscène
Track Name: Morceaux de lune
Des éclats d’étoiles
Et des morceaux de lune
S’enfilent à ton cou
Comme un chapelet de Neptune

Le sable compacté
Sous la fougue de nos pas
S’est laissé emporter
Par une vague cinéma

Écouter ces frêles rêves d’être partout
Écouter ces frêles rêves d’être partout

La voilà la voie lactée
Faite de plus d’une voix démentes
Mais que de vérités
Et d’âmes déferlantes

En retard d’exister
Tôt sur l’expérience
On ne pouvait s’empêcher
De croire à l’innocence
Track Name: Libellule
Tes ailes d’éclats sommeillent sur moi
Comme des larmes insensibles au froid
Mais jamais tu ne laisses derrière toi
Ne serait-ce qu’une trace de songes sans tracas

Chaque instant existe pour ce qu’il est

Pendant que les autres y pensent
Tu as déjà tout trouvé
Les solutions se balancent
Et les notes ne font que s’accorder

Emporte-moi ma libellule
Porte-moi jusqu’à l’été qui ne saurait
Se priver des vols erratiques que tu dansais

L’histoire s’écrit ou elle se vit
Tout s’efface, les couplets aussi
Dans les refrains que tu psalmodies
Ni adversaires, ni ennemis

Chaque instant existe pour ce qu’il est

Emporte-moi ma libellule
Porte-moi jusqu’à l’été qui ne saurait
Se priver des vols erratiques que tu dansais

Au dessus des soupirs des champs
Entre les sommets silence qui frôlent le ciel
Se prosternent marées et vents
Tes antennes et tes pattes tâtent l’essentiel
Track Name: Dissonance passagère
Il fait dimanche sur la mer (référence : Émile Verhaeren)
Lundi sur la terre
À l’horizon je repère
L’escarpement de ton île

Accorder les dissonances
Rapprocher la distance
Calmer l’insistance
Brûler les résistances

Comme un bateau en guerre qui s’approche
Du point vert au radar
Comme un air d’enfer qui accroche
Envenimé de ton dard

Fou, éraillé, enivré de larmes
Le cœur et les poings serrés
À genoux, brisant les armes
Un cœur sur le point d’éclater

Il fait dimanche sur la mer
Aujourd’hui, demain et hier
En pleine tempête d’hiver
Je contourne ton île

Accoster en catastrophe
Ponctuer en apostrophe
Comme un cocktail Molotov
Mal confectionné

Comme un bateau en guerre qui s’approche
Du point vert au radar
Comme un air d’enfer qui accroche
Envenimé de ton dard

Fou, éraillé, enivré de larmes
Le cœur et les poings serrés
À genoux, brisant les armes
Un cœur sur le point d’éclater
Track Name: Larmes de saint Laurent
Minuit, elle a dit en regardant l’horloge
C’est l’heure de sortir voir la pluie de météores
Couchés sur un toit, les doigts graffignant le ciel
Entre ces milliers d’étoiles, il n’y avait qu’elle

Imagine si tu restais…
On pourrait s’envoler

L’été tourna aux bouts de nos bras, balançant dans l’air
Coup de foudre de fous sans paratonnerre
J’ai voulu te serrer mais j’ai serré trop fort, comme Lennie Small
Et tu devais partir, je le savais déjà, je le savais

Imagine si tu restais…
On pourrait s’envoler